Les jardins

Retour à la page de l'espace nature

A MOSAÏC, dix jardins contemporains rendent hommage aux origines des migrants installés dans la métropole lilloise, en mêlant harmonieusement botanique, œuvres d'art et animaux domestiques rares. Chacun d'entre eux a été réalisé par une équipe de paysagistes et d'artistes plasticiens, à l'issue d'appels à projets internationaux.

Les 10 jardins à découvrir : Jardin des figuiers,  Loukoum Jardin, Les terrasses de la Méditerranée ; Le Jardin de Pierre Auvente ; Jardin premier ; La Quinta des délices ; Rain Garden ; Jardin tissé ; L'île Africa Mama ; Jardin du dragon

Cultures vivantes, jardins vivants

A MOSAÏC, dix jardins contemporains vous emmènent à la découverte de la diversité des habitants de la métropole lilloise. Fruit du talent des paysagistes Jacques Simon, Yves Hubert et Jean-Noël Capart, c'est un petit monde au sein duquel curiosités botaniques, œuvres d'art et animaux domestiques rares cohabitent dans une parfaite harmonie. 

Régulièrement, MOSAÏC propose des concerts, des contes, de la danse, des ateliers d'initiation aux arts, des visites décalées etc. 

Le jardin des figuiers

A Mosaïc, le Tunisien Hedi invite à le suivre dans le Jardin des Figuiers. Installé en France depuis de nombreuses années, il garde le souvenir vivace de l’Afrique du Nord, une terre chaleureuse riche de multiples influences.

Les figuiers sont jeunes, ils ne produisent pas encore de fruits. D’ici à quelques années, ils embaumeront et ombrageront le jardin où la famille aime se retrouver. Dans ce cercle étroit, imaginé par le paysagiste Eric Berlin et les artistes Hassan Zarrou et Catherine Degre, le visiteur est plongé dans l’histoire de l’Afrique du Nord. Le Jardin des Figuiers rappelle le souvenir des Phéniciens, des Romains, des Arabes et d’autres conquérants. Cette partie de la rive méridionale de la Méditerranée est riche de ses multiples influences, berbères bien sûr, mais aussi arabo-andalouses, ottomanes ou encore françaises.

Couleurs vives et motifs géométriques

Ces influences transparaissent dans le jeu des couleurs vives, notamment du bleu foncé, et dans la multiplication des formes géométriques qui rappellent l’esthétique musulmane. Les unes expriment aussi la sensibilité féminine, les autres l’ordre masculin. Ailleurs, les jeux de dames ou la calligraphie de quelques mots arabes sont autant de repères.

Dans ces régions d’Afrique du Nord, il peut faire très froid. Dès que le soleil disparaît à l’horizon, la température baisse soudainement de plusieurs degrés et l’obscurité gagne. Alors, on apprécie de se serrer dans l’abri. Parce que l’on vit dehors la plupart du temps, l’abri est sommaire. Des banquettes et un foyer rudimentaire en constituent le seul équipement. Un peu à l’écart, les chèvres anglo-nubiennes broutent. "Elles précèdent les déserts", dit-on. Elles dévorent tous les végétaux. Du moins, ont-elles longtemps assuré la subsistance et la richesse des familles d’Afrique du Nord, avant qu’elles ne traversent la mer.
 

Les concepteurs

Création et conception artistique : Hassan ZARROU et Catherine DEGRE

Paysagiste : Eric BERLIN

La Quinta des délices

Que vous connaissiez ou non la côte atlantique de la péninsule ibérique, vous imaginez sans doute des vignes baignées de soleil, des petites maisons blotties à flanc de coteaux qui offrent, avec parcimonie, leurs murs aux vents de l'océan.

Cette atmosphère si particulière, qui nous rappelle qu'un jour la région fût espagnole, vous envahit dès l'entrée du jardin ibérique. Cette Quinta des délices est une ferme caractéristique des côtes espagnoles et portugaises qui, par son architecture, joue habilement entre le dehors et le dedans. Petits jardins habitables répondent aux structures bâties, dans une harmonie où se mêlent le parfum des délices.

Douceur de vivre

La chaleur supposée du lieu exhale les senteurs des lauriers et des produits cultivés au jardin tandis que plus loin, en terrasse, s'étalent les vignes "ombrageantes". Pour lutter contre la chaleur, un bassin vient opportunément rafraîchir l'atmosphère. On s'imagine assis, les pieds dans l'eau, attendant que le temps passe et que le soleil daigne ralentir son activité. Et comme nous sommes dans le sud, peut-être au Portugal, les incontournables Azulejos tapissent les murs alentours, offrant leur fraîcheur et leurs dessins si caractéristiques à nos sens engourdis. Tout ne serait que quiétude et silence, si le bruissement des arbres et le murmure de l'eau ne venaient nous rappeler la présence discrète des éléments. Seuls les moutons espagnols Churra qui rêvent d'approcher les grenadiers, manifestent de temps à autre une certaine impatience.

Les concepteurs

Paysagistes et architectes : Alessandra CIANCHETTA, Rita ALMADA NEGREIROS et Rosario SALEMA
Plasticien : Matthias ARMENGAUD
Philosophe : Marc ARMENGAUD

Le jardin de Pierre Auvente

Premier des jardins créés à Mosaïc, le jardin Pierre Auvente rend hommage aux gens du plat pays, aux Flamands et aux Wallons arrivés dans notre région dès la fin du XIXe siècle.

Sitôt franchie la haie qui isole le premier jardin, le visiteur se sent en pays de connaissance. Il se trouve dans le plat pays, au pays des géants, au pays de Pierre Auvente. Ce géant-là est tout d’une pièce, colosse de métal d’un orange vif.

Bâtisseur, avec sa brique dans l’estomac, il règne en maître sur ces quelques centaines de mètres carrés, dans lesquels symboles et clins d’œil évoquent instantanément les Flandres. La brique et le charbon rappellent le passé industriel et minier de la région. D’ailleurs, Pierre Auvente travaille devant un métier à tisser, grand quadrilatère délimité par des pieux métalliques de hauteurs différentes, entre lesquels sont tendus des fils métalliques qui sont autant de tuteurs de plantes grimpantes. Autour de ce métier à tisser végétal, Pierre Auvente dispose ses pièces de tissus, autour de carrés de fleurs figurant des carrés d'étoffe.

Des rangs tracés au cordeau

Dans ce jardin conçu par la paysagiste Hélène Despagne et le plasticien Jean-Luc Brisson, d’autres clins d’œil restituent l’ambiance des jardins ouvriers du Nord. Un appentis de bois aux planches disjointes borde un potager aux petites parcelles bien délimitées… Le cordeau planté dans l’une d’elles explique l’alignement exemplaire des rangs de choux et autres légumes cultivés par le maître des lieux.

Celui-ci protège ses cultures les plus sensibles avec de la paille et entasse au bout de son jardin des déchets végétaux de toutes sortes, déchets qu’il transportera plus tard avec sa brouette pour fertiliser son potager.

A quelques mètres du potager, sur un côté du jardin, les grillages de clapiers laissent apparaître des lapins Géant des Flandres et des lapins dits nains de couleurs. De l’autre côté, une mare attire les enfants, des enfants qui ne savent rien de la lutte contre des eaux capricieuses. Qui ne les comprendrait ? Sous le soleil d’un après-midi printanier, comment ne pas résister à la tentation de la pêche aux canards après être monté sur le dos du géant pour découvrir le plat pays ? Aucun ne résiste, trop content d’être invité dans ce jardin qui paraît alors un paradis.
 

Les concepteurs

Paysagiste : Hélène DESPAGNE
Plasticien : Jean Luc BRISSON

Les terrasses de la Méditerranée

Des terrasses méditerranéennes dans le plat pays ! Cela ne s’est jamais vu ! pourtant, qu’il fasse beau ou non, la magie opère. On dirait vraiment le Sud…

Progressivement, les souvenirs des programmes d’histoire affleurent à la conscience : les dieux jaloux, les temples grecs et romains, les sculptures, les peintures… Et défilent des images fugitives de la cité grecque, de l'empire romain, de l’Italie de la renaissance ou, plus simplement, de la Provence. Images inspirées par les vestiges de colonnes, la tête de Daphné, l’alignement de jarres remplies de lavande ou encore les tableaux.

Ce bassin méditerranéen enchanté, cette botte familière, ce sud ensoleillé mais pauvre, des centaines d’Italiens ont dû le quitter pour échapper à la misère. Ils ont pris la route du Nord, armés de leurs seuls bras, de leur ardeur au travail et de leur gentillesse. Ils sont devenus des maçons appréciés et recherchés pour reconstruire notre métropole dans les années 50. Dans ce jardin méditerranéen, la bétonneuse est abandonnée au pied de vestiges de colonnes antiques, raccourci symbolique de cette acculturation mouvementée au fil des siècles.

Dans le jardin des secrets

Dans le jardin des secrets, un espace rendu intime par la seule alliance de la forme et des couleurs vives, l’heure s’écoule paisiblement, non pas marquée par les ombres du cadran solaire mais par les sons de cette mécanique aux multiples rouages.

Calcul inutile du temps si l’on veut prendre conscience de la domination de la nature. Car celle-ci se révèle immédiatement dans les odeurs mélangées de la lavande, de multiples plantes aromatiques et de légumes… Sans parler de ces terrasses qui identifient cette région méditerranéenne.

Complétée par une grande volière où pigeons Triganini et Romagnols chantent ce sud mythique, cette œuvre apparaît d’autant plus surprenante qu’elle est l’œuvre du paysagiste lillois Philippe Thomas et de cinq plasticiens: Roger Frézin, Maniasuki, Françoise Szybowicz, Thierry et Valérie Teneul.
 

Les concepteurs

Paysagiste : Philippe THOMAS

Plasticiens : Roger FREZIN, MANIASUKI, Françoise SZYBOWICZ, Thierry et Valérie TENEUL

L'île Africa Mama

Dans l'Ile Africa mama, le voyageur ignore la précipitation et l'urgence. Dans ce jardin de Mosaïc, on laisse le temps au temps pour mieux saisir l'essentiel.

En Afrique, la parole accompagne la vie quotidienne ; ici, elle structure le jardin, comme elle tisse la vie sociale.

L’arbre à palabre invite à une halte, une réunion ou un rendez-vous, c’est le lieu de partage de la parole. A côté, les piliers du souvenir – sept totems de tailles différentes- évoquent la parole des ancêtres d’Afrique. En tendant bien l’oreille, on entend également l’orgue éolien qui souffle le récit des habitants des villages néolithiques enfouis sous le site. Le cercle des griots, fait de trois lignes concentriques de gazon, incarne la parole mythique. Les dimanches, en août, il n’est pas rare d’y trouver un conteur. Un grenier-case représente la parole conservée, puisqu’au lieu des récoltes, on y stocke des idées et du savoir.

Un rideau mobile de tissus africains multicolores joue avec le vent et les enfants s’y cachent. Une pirogue aux allures de lézard, dit aussi soleil chez les Dogons, invite au voyage en même temps qu’elle indique le chemin vers l’enclos des pintades. Celles-ci vont et viennent, cacabent à vous casser les oreilles. Paroles et sons occupent une telle place dans la vie quotidienne qu’ils se sont imposés à la paysagiste Catherine Charles et au plasticien Laurent Savy lorsqu’ils ont créé ce jardin africain.

Les concepteurs

Paysagiste : Catherine CHARLES
Plasticien : Laurent SAVY

Informations

50.578713000515, 2.9802659659805

MOSAÏC, le jardin des cultures

103 rue Guy Mocquet
Houplin-Ancoisne 59263

——————————————————————————————————————

En métro et bus

Métro ligne 1 arrêt CHU Eurasanté 

Puis bus ligne 229 arrêt MOSAÏC.

Les dimanches et jours fériés, prendre le bus 209 arrêt MOSAÏC

En train

Descendre aux gares de Santes (2 km jusqu'à MOSAÏC), Wavrin (5 km), Don (7 km) ou Seclin (7 km).

Les vélos sont autorisés et gratuits dans le TER

En vélo

Parking vélo à l’entrée du site

Carte « MEL à vélo » 

En voiture

Prendre l'A1, sortie Seclin, et suivre le fléchage "Parc de la Deûle" puis "MOSAÏC" OU prendre l'A25 puis RN41 sortie Santes, puis suivre le fléchage "MOSAÏC".

MOSAÏC est ouvert du 6 avril au 3 novembre 2019

  • En avril-mai

10h - 18h du mercredi au samedi
10h - 19h les dimanches et jours fériés

  • En juin

10h - 18h du lundi au vendredi
10h - 19h les samedis
10h - 20h les dimanches et jours fériés

  • En juillet et août

10h - 19h du lundi au samedi
10h - 20h les dimanches et jours fériés

  • En septembre et octobre

10h - 18h Le mercredi et le samedi
10h - 19h les dimanches et jours fériés

Pendant les vacances de Toussaint : ouvert du mercredi au dimanche
 

Attention : les caisses ferment une heure avant la fermeture du parc

Merci de nous contacter par mail

mosaic@lillemetropole.fr

par téléphone

03 20 63 11 24

ou remplir le formulaire de contact

Formulaire de contact
Tarif adulte
6€
Tarif réduit
4€

Les tarifs réduits individuels sont accordés aux usagers suivants : enfants de moins de 18 ans, titulaires du RSA, allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), demandeurs d’emplois, personnes en situation de handicap, étudiants post-bac, personnes venant à vélo, sur présentation d'un justificatif de moins de 3 mois.

Famille journée
17€
Accessibilité personnes mal voyantes

Site ayant la marque Tourisme et handicap pour les handicaps auditifs, moteurs et mentaux

  • Tourisme Handicap

Accès au site
Parking : 16 places réservées aux personnes à mobilité réduite
Dépose-minute PMR : possibilité de se faire déposer au wagon pour les PMR (la voiture doit ensuite être garée au parking visiteur) – accès par le chemin de halage, sonner à l’interphone aux plots

  • Accueil et aide à la visite

Boucle auditive à la billetterie pour les malentendants
5 audioguides adaptés malvoyants, malentendants : grosses touches, volume réglable.
Indications aux entrées de chaque jardin inscrites en braille
Pour les groupes, possibilité de réserver une visite guidée et des ateliers adaptés

  • Déplacements dans le site

Voiturettes électriques ou sièges cannes en prêt gratuit pour les personnes à mobilité réduite (possibilité de les réserver par téléphone)
Cheminement stabilisé en sable sur tout le parcours. Il existe 2 itinéraires bis (en bleu sur le plan) pour les personnes à mobilité réduite afin de contourner les passerelles
Au jardin Tissé et au jardin Premier, des cheminements en bois sont difficiles d’accès pour les malvoyants et les PMR.

  • Services aux visiteurs

Toilettes : des WC adaptés dans les deux blocs sanitaires du site
Restauration : présence de tables adaptées pour les fauteuils (sans barre latérale), la commande, le service et le paiement peuvent se faire à table sur demande

 

Nos évènements Voir tout