nature

Le 04/11/2021

Nature partout, Nature chez vous : l’Escargot des haies 

Un temps doux et humide fait sortir l’Escargot des haies (Cepaea nemoralis) de sa coquille.

Ce gastéropode (du grec ancien γαστήρ, gastèr (ventre) et πούς, pous (pied  ) = « ventre-pied ») est célèbre - comme tous les escargots - pour cette « maisonnette » qu’il porte sur son dos  .Celle-ci les distingue des limaces qui, elles, sont généralement dépourvues de coquilles externes.

Cœur, foie, poumon, rein… La plupart des organes vitaux de l’escargot se trouve sous cette coquille protectrice. Il l’entretient toute sa vie grâce au calcium contenu dans les végétaux  qu’il consomme. Il apprécie aussi les roches calcaires et les coquilles d’escargots vides qu’il racle avec sa radula ( = langue  ).

Constitué à 88% d’eau, l’escargot doit garder son corps humide. Lorsque le temps est trop sec, il se cache dans un coin d’ombre, entre tout entier dans sa coquille, et en ferme l’entrée par un voile de mucus, l’épiphragme, évitant ainsi l’évaporation. C’est ce même mucus, souvent appelé « bave », qui lui permet de se déplacer (6 cm par minute ! ), ou encore de se protéger des microbes  et des coupures  .

L’Escargot des haies peut être rose ou jaune, décoré de bandes sombres (jusque cinq) ou non. Toutes ses variations de couleurs et de bandes sont aussi l’apanage d’un autre mollusque terrestre : l’Escargot des jardins  (Cepaea hortensis).  

Comment les différencier ? L’ouverture, appelée lèvre, de la coquille de l’Escargot des haies est bordée d’un trait foncé, celle de l’Escargot des jardins n’a rien ! 
 

Photo Claire Poitout/MEL