nature

Le 20/12/2021

Nature partout, Nature chez vous : le cloporte

Célèbre représentant de la petite faune du sol, le cloporte est, avec certains amphipodes (« puces de mer » et apparentées), le seul crustacé terrestre.

Grégaire, il aime vivre avec ses congénères. On le retrouve en groupe sous les souches, dans la litière forestière, sous les pierres et autres lieux sombres et humides. Il préfère sortir la nuit et on le voit en plus grand nombre au printemps et en automne. 

Indispensable détritivore, il participe activement au « recyclage » des organismes en décomposition comme les végétaux, les moisissures, mais aussi, à l’occasion, les cadavres. D’autre part, il est une proie prisée de nombreux animaux comme les carabes, les araignées, les musaraignes, les crapauds, les oiseaux… 

S’il est difficile de différencier entre elles les 214  espèces de cloportes recensées en France métropolitaine, distinguer les cloportes des autres arthropodes ( = animaux au corps segmenté et au squelette externe) terrestres est bien plus simple. En effet, le cloporte, de l’ordre des Isopodes, a un corps en trois parties : le céphalon (la tête),  le péréion (le thorax) et  le pléon (l’abdomen). Elles sont toutefois difficilement perceptibles pour un œil novice… Le cloporte a aussi une paire d’antennes et sept paires de pattes.

Seul un myriapode, le gloméris, ressemble à s’y méprendre à notre crustacé des jardins, à la différence que ce « mille-pattes » a plus de sept paires de pattes (souvent dix). La ressemblance est d’autant plus frappante que les gloméris, comme certains cloportes, se mettent en boule lorsqu’ils se sentent en danger. 

Totalement inoffensif, le cloporte pâtit d’une mauvaise réputation.  À cause de son train de vie essentiellement nocturne ?  Des milieux qu’il fréquente ? Probablement à cause d’une trop grande méconnaissance à son égard… 

Photo Clément Mériglier